Mémoire

Si Brossolette, dans l'immédiat après-guerre, pouvait encore être considéré par beaucoup comme la principale figure de la Résistance de par son action en Zone occupée (Paris) et de par sa notoriété d'homme public, l'entrée au Panthéon des cendres de Jean Moulin en 1964 le reléguera à une place de héros d'un parti (SFIO/PS) et permettra de cristalliser le mythe d'une Résistance unie sous un seul chef à l'image de la France Libre, dans le contexte historique ayant abouti à la création de la Cinquième République.

Plus tard, lors de l'avènement des socialistes au pouvoir en 1981, le choix de François Mitterrand d'honorer Jean Moulin lors de la cérémonie du Panthéon au lieu de réhabiliter la mémoire de Pierre Brossolette achèvera de le reléguer à une seconde place, cette fois-ci également auprès de la gauche elle-même. Ainsi en attesteront, en plus de la commémoration discrète des 50 ans de sa disparition en 1994, les célébrations modestes du centenaire de sa naissance en 2003 et de celui de la SFIO/PS (2005). À l'occasion, un haut responsable issu de la jeunesse socialiste en arrivera, de manière anecdotique mais révélatrice de cette perte de mémoire, à citer Jean Moulin, pourtant jamais inscrit au parti et par ailleurs réputé radical ou tout au plus radical-socialiste, comme principale figure de son centenaire.

En 2013, l'historienne Mona Ozouf préside un comité dont l'objectif est le transfert des cendres de Pierre Brossolette au Panthéon.

Le , le président François Hollande annonce le transfert de ses cendres au Panthéon aux côtés des résistantes Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, ainsi que de l'ex-ministre Jean Zay.

"Pierre BROSSOLETTE, lui, c'est la liberté. Liberté d'expression : journaliste, il était journaliste jusqu'au bout il sera. Liberté de la pensée : Pierre BROSSOLETTE est un intellectuel qui écrit, qui réfléchit, qui imagine le monde de demain. Liberté de l'action : Pierre BROSSOLETTE est un résistant mais, avant, est un soldat. Lui qui avait tellement souhaité la réconciliation avant-guerre entre la France et l'Allemagne rejoint dès 1939 l'armée. Il est ensuite, hélas pour lui, libéré de ses entraves militaires. Il revient à ses travaux, il est membre de ce groupe du Musée de l'Homme, il participe à la formation des groupes de résistance Libération Nord, se rend à Londres en 1942, retrouve le Général DE GAULLE, est un portevoix sur la BBC de ceux qu'il appelait les « soutiers de la Gloire ». Il est parachuté en France à trois reprises, il est arrêté au début de l'année 1944, il est torturé et il préfère se donner la mort plutôt que de risquer de parler. Liberté de choisir jusqu'au bout , y compris sa propre fin."

 


Discours au Mont-Valérien en hommage à la... door elysee

 Pour lire le discours complet, veuillez cliquer ici

FacebookEmailPrintFriendlyPartager

This page has the following sub pages.

No Comments

Laissez un commentaire