Hommage aux morts de la France combattante – 18 juin 1943, Albert Hall, Londres

Discours du 18 juin 1943 à l'Albert Hall, Londres

"L'Histoire de notre pays n'est qu'une suite de prodiges qui s'enchaînent: prodige de Jeanne d'Arc, prodige des soldats de l'an II, prodiges des héros de la Marne et de Verdun, voilà le passé de la France. Ma mission est ce soir de rendre hommage à ceux par le prodige desquels la France conserva un présent et un avenir, les morts de la France combattante.

De tous les morts dont la chaîne innombrable constitue notre trésor de gloire, ceux-là plus qu'aucuns autres incarneront, dans sa pure gratuité, l'esprit de sacrifice. Car ils ne sont point morts en service commandé: un chiffon de papier, signé, par dérision, dans la clairière de Rethondes, les avait déliés du devoir de servir. Ils ne sont pas morts, volontaires pour une mission qu'on leur offrait: un pouvoir usurpé ne demandait des volontaires que pour l'abdication. Ce sont des hommes à qui la mort avait été interdite sous peine capitale, et qui ont dû d'abord la braver pour pouvoir la briguer. L'histoire dira un jour ce que chacun d'eux a dû d'abord accomplir pour retrouver dans la France combattante son droit à la mort et à la gloire. Elle dira quelles Odyssées il leur aura fallu passer pour s'immortaliser dans leurs Iliades. Passagers clandestins des derniers bateaux qui se sont éloignés de la France terrassée, humbles pêcheurs franchissant sur des barques les tempêtes de la Manche, marins et coloniaux ralliant des convois ravagés par la torpille, risque-tout affrontant les Pyrénées, prisonniers évadés des camps de l'ennemi, détenus évadés des bagnes de la trahison, il a suffit qu'en ces jours de juin dont nous fêtons l'anniversaire, un homme leur ait crié: "je vous convie à vous unir avec moi dans l'action, dans le sacrifice et dans l'espérance", pour qu'ils se lèvent tous, pour que ceux qui n'appelaient plus la mort que comme une délivrance, accourent y chercher un accomplissement, et pour que d'un seul geste sortant du banal ils entrent dans le sublime.

Et voici maintenant que dans le ciel limpide de leur gloire, ils se parlent comme les sommets se parlent par-dessus les nuées, qu'ils s'appellent comme s'appellent les étoiles. Entrés déjà dans la légende ou réservés pour l'histoire, les morts prestigieux de Mourzouk et de Bir Hakeim répondent aux morts stoïques de la Marine marchande; tombés sous le drapeau déployé d'El Alamein et d'El Hamma, les soldats de Leclerc et de Koenig répondent aux marins qui ont coulé, sous le pavillon haut de l'Alysse, du Rennes et du Mimosa; foudroyés dans ce dixième de seconde où les yeux peuvent fixer les yeux de l'adversaire, les pilotes de nos groupes et de nos escadrilles répondent aux sous-mariniers du Surcouf et du Narval, à qui une lente agonie a fait attendre encore la mort après qu'ils l'eurent trouvée. Et là-bas, dans la nuit du martyre et de la captivité, la voix pathétique qui leur répond, c'est la voix des morts du combat souterrain de la France, élite sans cesse décimée et sans cesse renaissante de nos réseaux et de nos groupements, otages massacrés de Paris et de Châteaubriant, fusillés dont les lèvres closes sous la torture ne se sont descellées qu'au moment du supplice pour crier : « Vive la France! ».

Ce qu'ils étaient hier, ils ne se le demandent point l'un à l'autre. Sous la Croix de Lorraine, le socialiste d'hier ne demande pas au camarade qui tombe s'il était hier Croix-de-Feu. Dans l'argile fraternelle du terroir, d'Estiennes d'Orves et Péri ne se demandent point si l'un était hier royaliste et l'autre communiste. Compagnons de la même Libération, le père Savey ne demande pas au lieutenant Dreyfus quel Dieu ont invoqué ses pères. Des houles de l'Arctique à celles du désert, des ossuaires de France aux cimetières des sables, la seule foi qu'ils confessent, c'est leur foi dans la France écartelée mais unanime.

Colonels de trente ans, capitaines de vingt ans, héros de dix-huit ans, la France combattante n'a été qu'un long dialogue de la jeunesse et de la vie. Les rides qui fanaient le visage de la Patrie, les morts de la France combattante les ont effacées; les larmes d'impuissance qu'elle versait, ils les ont essuyées; les fautes dont le poids la courbait, ils les ont rachetées. En cet anniversaire du jour où le général de Gaulle les a convoqués au banquet sacré de la mort, ce qu'ils nous demandent ce n'est pas de les plaindre, mais de les continuer. Ce qu'ils attendent de nous, ce n'est pas un regret, mais un serment. Ce n'est pas un sanglot, mais un élan.

Français qui êtes ici, debout pour les morts de la France Combattante!"

FacebookEmailPrintFriendlyPartager

4 Comments

4 réponses to “Hommage aux morts de la France combattante – 18 juin 1943, Albert Hall, Londres”

  1. Gontier dit :

    S’aligner sur le plus haut pour survivre le quotidien.

  2. Sciard dit :

    J’ai entendu hier dans une rétrospective sur Pierre BROSSOLETTE un extrait de son discours du 18 juin 1943 à l’occasion de son entrée au Panthéon.

    Ce discours reste d’une étonnante actualité dans la France divisée d’aujourd’hui comme elle l’était hier.

    Chacun pourra y puiser ce dont il a besoin pour raffermir son attachement à notre pays et à ses valeurs religieuses, humanistes et républicaines.

  3. […] citer un petit extrait, le tout début et la toute fin, du discours prononcé par Pierre Brossolette le 18 juin 1943 à l’Albert Hall de Londres pour rendre « Hommage aux morts de la […]

  4. Seintignan Claude-raymond dit :

    Ce sont sans doute là les dernières images de la France glorieuse, la France de l’honneur. Ensuite, nation vassalisée et sans doute à nouveau morcelée, il ne nous restera plus qu’à nous disperser sur les chemins d’incertitudes…

    Mais, comme l’image de la Grèce Antique se trouve tout entière concentrée dans un siècle de démocratie et ses glorieux soldats du peuple, les fameux hoplites, l’histoire de la France restera depuis sa fondation jusqu’à son dernier jour, à travers les trahisons et les reniements, celle de l’union sacrée entre son représentant au pouvoir et son peuple érigé, caractéristique unique au monde, en un tiers état.

Laissez un commentaire